Obsolescence programmée : Textes, théorie, technologie Université de Liège (Belgique), les 8 et 9 décembre 2016

Appel à contributions
Obsolescence programmée : Textes, théorie, technologie
Université de Liège (Belgique), les 8 et 9 décembre 2016

Le colloque “Planned Obsolescence” ne se propose pas d’évoquer directement les aspects économiques, sociaux et environnementaux de l’obsolescence programmée. Ceux-ci se trouvent assez largement débattus dans la recherche de ces domaines, qui est déjà riche et
dont l’ampleur grandit continuellement. Il souhaite plutôt étudier ce concept sous l’angle encore peu exploré de ses implications dans les domaines artistique, littéraire et théorique…

Les propositions de communication (250-300 mots, en français ou en anglais) accompagnées d’une brève note biographique, sont à envoyer avant le 15 juin 2016 à l’adresse : planned.obsolescence.conf@gmail.com

Des puces obligeant les imprimantes à défaillir au bout d’un nombre donné de copies, des smartphones étonnamment toujours plus fragiles, des batteries électriques dont
l’autonomie passe subitement à zéro minute, des aliments fournis avec une date de péremption arbitraire : les médias regorgent d’affaires ayant trait à la réduction artificielle de
la durée de vie des biens de consommation. Ce mécanisme est appelé “obsolescence programmée” depuis le texte de Bernard London de 1932 : “Ending the Depression Through Planned Obsolescence”. À ses débuts, le concept est considéré comme potentiellement bénéfique pour la société : forcer les consommateurs à remplacer leurs biens plus rapidement
augmenterait les ventes et stimulerait donc l’économie. Au cours du vingtième et surtout du début du vingt-et-unième siècle, l’obsolescence programmée comme stratégie commerciale a
progressivement acquis une connotation négative en devenant le symbole de la surconsommation (Latouche 2012).

Le colloque “Planned Obsolescence” ne se propose pas d’évoquer directement les aspects économiques, sociaux et environnementaux de l’obsolescence programmée. Ceux-ci se trouvent assez largement débattus dans la recherche de ces domaines, qui est déjà riche et
dont l’ampleur grandit continuellement. Il souhaite plutôt étudier ce concept sous l’angle encore peu exploré de ses implications dans les domaines artistique, littéraire et théorique, dans le sillage de Kathleen Fitzpatrick, qui utilise l’obsolescence programmée comme outil analytique pour l’épistémologie de la recherche. Notre objectif est d’explorer les possibilités de ce nouvel outil analytique dans l’étude d’oeuvres littéraires et artistiques, les genres auxquelles elles appartiennent et les discours théoriques desquels elles dérivent ou ceux qu’elles ont engendrés. Nous souhaitons aborder les nombreuses facettes (représentationnelle, formelle, théorique, médiatico-technologique, etc.) de la problématique.

Comité organisateur:
Michel Delville (Université de Liège)
Véronique Bragard (Université Catholique de Louvain)
Carole Guesse (Université de Liège)
Bruno Dupont (Université de Liège)
Ella Mingazova (independant scholar / chercheuse indépendante)

En savoir plus : plan.obs CFP


Cécile Dazord

Cécile Dazord est conservatrice, chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence – au Département recherche du Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF, Paris)

More Posts