LES CAHIERS D’INCCA-f, vol. 1 : « Documentation technique, techniques de documentation »

Publication du premier volume des Cahiers d’INCCA-f

cahier inccaf 2

La présente publication fait suite à la deuxième rencontre des adhérents d’INCCA-f organisée le 7 février 2014 à l’auditorium des Archives municipales de Marseille, avec le soutien du Centre interdisciplinaire pour la conservation et la restauration du patrimoine (CICRP, Marseille), sur le thème : Documentation technique, techniques de documentation.

À l’invitation d’INCCA‑f, cinq intervenants d’horizons très divers – deux restauratrices, une archiviste et deux ingénieurs – se sont succédé, exposant et confrontant leurs points de vue sur les notions de document ou de documentation et d’objets ou de dispositifs techniques dans une perspective patrimoniale impliquant, a fortiori, un enjeu de conservation.

L’horizon de pérennité dans lequel se situe le patrimoine est parfaitement antinomique avec la réduction constante du « cycle de vie » des produits, depuis le début du XXe siècle, dans le sillage de la révolution industrielle et de la production de masse. Le prolongement de la durée de vie des objets « patrimonialisés » au-delà de celle de leur milieu technique ajoute, à la décontextualisation, la désynchronisation. Au régime d’unicité et d’irreproductibilité, qui définit l’œuvre d’art, s’oppose celui de la réitération à l’identique, caractéristique des objets et des dispositifs techniques. En s’hybridant de composants reproductibles, les œuvres contemporaines remettent profondément en cause les notions d’intégrité matérielle et d’originalité comme fondement de la « reconnaissance de l’œuvre d’art » selon la formulation du théoricien de la restauration Cesare Brandi. L’intégration d’objets techniques fonctionnels dans le champ patrimonial et artistique produit un certain nombre de décalages, décadrages ou téléscopages qui invitent à reconsidérer la place et le rôle de la technique dans les œuvres d’art.

De seconde ou accessoire, la technique apparaît déterminante voire consubstantielle au projet artistique. C’est, en effet, précisément dans un usage volontiers singulier et idiosyncrasique de la technique que se loge la créativité. L’activité artistique peut ainsi être appréhendée comme un usage spécifique de la technique. Une meilleure connaissance des procédés de fabrication permet, en définitive, une meilleure analyse et intelligence des processus de création. En retour, le contexte muséal constitue un terrain d’observation privilégié des objets techniques, dans la mesure où il met en évidence leur dépendance à un environnement circonscrit à un contexte temporel donné. À leur insu, les collections d’art contemporain constituent un formidable conservatoire des techniques…

Extrait de l’avant-propos

SOMMAIRE

Cécile Dazord : Avant-propos : Objet et dispositifs techniques dans un contexte patrimonial

Ryma Hatahet, Lucille Royan : La documentation au service du restaurateur : mise en regard de deux méthodes d’approche d’objets patrimoniaux atypiques : une œuvre composite de Ben Vautier, In the Spirit of Fluxus (1965-2003), et un double projecteur Gaumont (environ 1926)

Gaëlle Mignot : Documenter la production électronique aujourd’hui pour y accéder demain

Bruno Bachimont : Document et technique : le temps de la préservation

Alain Bernard, Florent Laroche, Benjamin Hervy : Le document comme outil de préservation

RESUMES

Ryma Hatahet, Lucille Royan : La documentation au service du restaurateur : mise en regard de deux méthodes d’approche d’objets patrimoniaux atypiques : une œuvre composite de Ben Vautier, In the Spirit of Fluxus (1965-2003), et un double projecteur Gaumont (environ 1926)

Confrontées à deux objets patrimoniaux atypiques : un double projecteur Gaumont (1926), conservé à Cinémathèque française (Paris), et une œuvre de l’artiste Ben Vautier, In the Spirit of Fluxus (1965-2003), dans les collections du Musée d’art moderne de la Ville de Paris, deux restauratrices comparent leurs approches, relevant méthodiquement les points de convergence et de divergence. Composites, ces deux objets sont constitués de matériaux en grande partie issus d’une production industrielle ; complexes, ils consistent en un agencement d’une multiplicité d’éléments. Cependant, leurs destinations sont diamétralement opposées : le projecteur a été conçu pour servir une fonction, contrairement à l’œuvre de Ben. Une analyse approfondie des similitudes et des différences profondes alimente une réflexion sur la documentation.

Gaëlle Mignot : Documenter la production électronique aujourd’hui pour y accéder demain

Les contenants sont constitués d’un contenu, l’information, et d’un contenant, le support. Dans l’environnement papier, l’un et l’autre sont intimement liés ; dans l’environnement électronique, le contenu peut être enregistré parallèlement ou successivement sur différents contenants, tout en gardant la même valeur informationnelle et/ou juridique. Afin de déterminer comment enregistrer un document électronique pour le rendre lisible à plus ou moins long terme, il convient de s’interroger sur la composition d’un document électronique et sur les éléments à préserver dès sa création. Ces éléments relèvent tant de la documentation technique (comment sont organisées les données) que des techniques de documentation (comment documenter les processus de création). Leur connaissance permettra de mettre en œuvre les mesures destinées à garantir l’authenticité, la fiabilité et l’exploitabilité des documents électronique.

Bruno Bachimont : Document et technique : le temps de la préservation

Les œuvres d’art contemporain s’appuient souvent sur des dispositifs techniques dont la maîtrise et la connaissance sont nécessaires dès que l’on veut, non seulement préserver l’œuvre, mais surtout la montrer à nouveau. Au‑delà de l’interprétation esthétique, il s’agit d’aborder sa compréhension technique qui repose, pour la plupart des cas, sur la documentation. Or, le document est lui-même un objet technique, nécessitant un dispositif de lecture pour donner accès à son contenu et une connaissance du domaine pour en avoir l’intelligibilité. Un document est vu ici comme un contenu fixé sur un support pérenne dans un contexte éditorial. Sa préservation maintient sa lisibilité technique (accessibilité) et culturelle (intelligibilité). Active, la préservation est un travail permanent, à l’image de l’exercice de la mémoire, dont on argumente ici une conception dynamique. La mémoire de l’œuvre doit maintenir la connaissance du milieu technique dont sont issues sa conception et sa réalisation, ainsi que du milieu créatif auquel peut être rattachée sa gestation esthétique, pour permettre de la redécouvrir dans son geste inaugural.

Alain Bernard, Florent Laroche, Benjamin Hervy : Le document comme outil de préservation

L’objet de cet article est de montrer en quoi les modèles de représentation des objets techniques utilisés en ingénierie industrielle ainsi que les méthodes associées à la gestion de leur cycle de vie, peuvent s’appliquer à la modélisation et à la gestion du cycle de vie des objets patrimoniaux. Plusieurs concepts complémentaires, permettant de gérer la multi‑temporalité des objets patrimoniaux, sont introduits. Différents exemples sont proposés.

Cécile Dazord

Cécile Dazord est conservatrice, chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence – au Département recherche du Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF, Paris)

More Posts