La tour cybernétique de Nicolas Schöffer, compte rendu de la journée d’étude du 25 mars 2014

Journée d’étude organisée par l’École supérieure des arts Saint-Luc à Liège
En collaboration avec INCCA-f et dans le cadre du programme de recherche Replace or Remake ? porté par l’École supérieure des beaux arts TALM site de Tours

 

Photo : Cécile Dazord
Photo : Cécile Dazord

En 1961, la ville de Liège (Belgique) commandait à Nicolas Schöffer, artiste hongrois installé en France et père de l’art cybernétique, une œuvre monumentale, haute de 52 m de haut.  La Tour cybernétique était alors à la pointe de la modernité et de l’interactivité : dotée de capteurs thermiques, hygrométriques mais aussi relatifs à l’activité de la ville, elle “réagissait” en phase avec son environnement urbain et humain en produisant des mouvement, des sons, des lumières. Dotée d’un cerveau électronique et d’un jeu d’orgues orchestrant son expression aléatoire, elle fut au cœur de plusieurs spectacles sons et lumières, notamment en collaboration avec Henri Pousseur et Pierre Arnaud. Cette œuvre extraordinaire, mal comprise des contemporains, connut faute d’entretien des pannes successives avant de devenir, dès les années 70, complètement inerte. Les autorités publiques viennent de débloquer les fonds nécessaire à sa restauration… mais c’est via la presse que les conservateurs-restaurateurs ont appris que le chantier avait été confié à un bureau d’architecture et une firme d’ingénierie civile.

Une journée d’étude a donc été organisée à Liège le 25 mars dernier avec INCCA-f, dans le cadre du projet de recherche intitulé Replace or Remake. Elle a rassemblé l’ensemble des parties-prenantes (autorités publiques, bureau d’architecture, association des Amis de la Tour cybernétique), mais aussi plus d’une vingtaine de chercheurs et restaurateurs internationaux, parmi lesquels Gilles Barabant et Cecile Dazord (C2RMF), Anne Cadenet (Musée d’Art contemporain de Bordeaux), Lydia Beerkens (UvA), Marie-Hélène Breuil (TALM –Tours) Arnauld Pierre (Paris-Sorbonne), Isabelle Astic (Musée des Arts et Métiers – Cnam, Paris). Tous ont eu accès à l’ensemble des installations de la Tour.

Les questions de ces experts demeurent nombreuses quant à la restauration de l’œuvre. En effet, celle-ci a été, pour des raisons essentiellement politiques et budgétaires, classée comme “monument”, et non comme œuvre d’art. Par conséquent, la matérialité (fondation, structure, projecteurs…) est privilégiée dans le cahier des charges. Si la documentation de l’œuvre, la préservation des bandes magnétiques originales,  l’entreposage des pièces démontées et remplacées sont théoriquement prévus, aucune précision n’est disponible sur ces points. Aussi, le respect de l’intégrité esthétique de l’œuvre pose question, faute de documentation complète: la restauration de sa fonctionnalité reste par conséquent très floue. Les experts n’ont pu obtenir de réponses précises sur ces points essentiels : toutefois, des pistes de réflexion ont été évoquées, et des collaborations nationales et internationales ont été proposées.

S’il faut saluer la volonté des autorités publiques de rendre vie à cette œuvre d’art exceptionnelle, la non-implication, dès le début du projet, des conservateurs-restaurateurs a entraîné des erreurs méthodologiques : celles-ci sont réparables, mais se heurtent d’une part à la réalité d’un budget intangible, et de l’autres, aux réticences de certaines parties-prenantes qui perçoivent l’approche des experts comme intrusive.

En conclusion, note Manon D’haenens, chercheur et doctorante  (Université de Liège-ESA Saint-Luc de Liège) c’est d’une double non-reconnaissance –celle de la Tour comme œuvre d’art, celle des restaurateurs d’art contemporain comme parties-prenantes- que naissent les inquiétudes actuelles. L’ensemble des intervenants de cette journée d’étude a souligné le caractère exceptionnel de l’œuvre et la nécessité d’une conservation rigoureuse de ses éléments. Quant à la restauration,  il importe qu’esthétique et fonctionnalité fassent l’objet de la même attention, des mêmes spécifications que celles relatives à la matérialité de l’œuvre.

Compte rendu rédigé par Muriel verbeek

Photo : Cécile Dazord

Cécile Dazord

Cécile Dazord est conservatrice, chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence – au Département recherche du Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF, Paris)

More Posts