Support/Tracé n. 13 : Les Archives françaises du film du CNC

Dossier préparé par Thi-Phuong Nguyen
Compte rendu rédigé par Cécile Dazord

conservation1

Parue dans le courant du premier trimestre 2014, le numéro 13 de Support tracé, revue annuelle de l’Association pour la recherche sur les arts graphiques (ARSAG) consacre un dossier conséquent aux Archives françaises du film (7 contributions, 35 pages). Après un préambule exposant la vocation de l’institution et un article retraçant l’histoire de l’institution, un texte est consacré au caractère singulier et unique de certains objets relevant de dispositifs optiques du 19è siècle au sein des collections. La suite du dossier envisage à part égale les problématiques conservatoires propres aux filières photochimique et numérique. Une attention particulière, formulée avec une clarté qui mérite d’être signalée, est consacrée à l’identification de ce qui, dans l’une ou l’autre chaîne, au cours des différentes étapes de production, peut être considéré comme éléments originaux.

On ne peut que saluer une initiative envisageant un fonds relevant de la cinématographie et de l’image animée à travers le prisme des disciplines liées à la conservation et à la restauration du patrimoine, telles qu’elles se sont progressivement constituées et normalisées, selon un processus de longue haleine, depuis la seconde moitié du 20è siècle, à partir des beaux-arts et des monuments historiques. Si la création des archives françaises du film en 1969 atteste bien la reconnaissance de la valeur patrimoniale de la production cinématographique, le film et l’image animés demeurent par ailleurs à la marge des politiques institutionnelles concernant la conservation et la restauration du patrimoine. A titre d’exemple, alors que les formations des conservateurs et restaurateurs du patrimoine intègrent bien la photographie, elles n’incluent pas la cinématographie. La normalisation croissante des disciplines liées à la conservation du patrimoine ne profite de ce fait pas pleinement à ce secteur dont la spécificité nécessiterait pourtant un certain nombre de reconsidérations des principes en vigueur.

SOMMAIRE

Le dépôt légal numérique, privilégier le support ou l’œuvre ? Laurent Cormier, (p. 3)

De l’autre côté du mur : histoire d’une institution cinématographique, Béatrice de Pastre, (p. 7)

Un objet pour l’histoire du cinéma, Laurent Bismuth, Jean-Baptiste Garnero, (p. 13)

Le défi de la conservation des films cinématographiques : concilier les contraintes liées au bâtiment et à leurs fonctions,

Thi-Phuong Nguyen, (p. 20)

 Cinéma numérique et conservation pérenne, la quadrature du cercle ? Daniel Borenstein, Thi-Phuong Nguyen, (p. 26)

Bilan de l’état d’altération des films cinématographiques sur support en triacétate aux Archives françaises du film (CNC) à la fin du XXè siècle, Bertrand Lavédrine (p. 32)

Analyses microbiologiques aux Archives françaises du film, Malalanirina S. Rakotonirainy, Élodie Pauwels (p. 34)

 LIENS

ARSAG : http://arsag.fr/

Support tracé : http://arsag.fr/support-trace.html

CNC-AFF : http://www.cnc-aff.fr/internet_cnc/Home.aspx?Menu=MNU_ACCUEIL

Cécile Dazord

Cécile Dazord est conservatrice, chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence – au Département recherche du Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF, Paris)

More Posts