26 janvier 2012 : Journée d’étude, groupe art contemporain de la SFIIC et INCCA-f

Retour vers le future, la restauration à l’épreuve du temps

Le 26 janvier 2011 le groupe art contemporain de la SFIIC (Section française de l’Institut international de conservation) et INCCA-f ont organisé une journée d’étude consacrée à la conservation-restauration d’œuvres contemporaines.

Introduction:

Antonio Rava, restaurateur et professeur au Centre de conservation-restauration (Centro conservazione e restauro) « Venaria reale »

Modératrice :

Dominique Gagneux, conservatrice au musée d’Art moderne de la ville de Paris

De l’étude de l’œuvre de Kenji Yanobe, Food Soldier (Godzilla), Frac PACA, au développement d’une recherche sur l’identification et les dégradations des caoutchoucs, Gwenola Corbin, restauratrice, et Alain Colombini, ingénieur au CICRP

La technique artistique mixte employée par Kenji Yanobe sur une œuvre intitulée Godzilla, peinture acrylique appliquée en mélange avec du latex sur un support en mousse polyuréthane, a fait l’objet, en 2008-2009, d’une étude comportementale, face au vieillissement artificiel. L’objectif était double : consolider la couche peinte et protéger le latex contre le processus de dégradation supposé évolutif. Une première hypothèse de dégradation, par réactions d’ozonolyse et d’oxydation, a été avancée.

Dans le cadre d’une bourse du CNAP, cette étude a ensuite été orientée sur le caoutchouc naturel afin d’optimiser les méthodes de consolidation de ce polymère et de permettre aux œuvres d’être présentées au public, plus aisément manipulées et de prolonger leur « espérance de vie ».  Elle a permis d’améliorer la connaissance sur les moyens d’identification des caoutchoucs naturels et synthétiques dans les collections patrimoniales, d’évaluer les processus de dégradation, en étudiant notamment quelques œuvres présentes dans les collections françaises, et de se rapprocher du monde industriel spécialisé dans ce polymère.

Conservation-restauration d’une œuvre contemporaine en élastomère de silicone : Mirida de Richard Fauguet, Frac Franche-Comté, Céline Chrétien, restauratrice

Mirida de Richard Fauguet (1994, Frac Franche-Comté) a fait l’objet d’une étude et d’une restauration dans le cadre d’un diplôme de fin d’étude à l’Institut national du patrimoine en 2010. L’œuvre est constituée de trois têtes de chevaux en élastomère de silicone parsemé de billes de verre coloré. Les déchirures que comportait l’œuvre empêchaient son exposition depuis 2003. Elles étaient dues à un mode d’accrochage non adapté, constitué de quelques vis qui perçaient le silicone et soutenaient l’œuvre de façon très locale. Préalablement à la restauration, une concertation avec l’artiste et le responsable de l’œuvre a été nécessaire. Après avoir abordé différentes possibilités d’interventions (restauration, réactivation…) les échanges et la collaboration entre les différents acteurs de cette restauration a débouché sur un traitement curatif et préventif des déchirures, qui a permis d’exposer l’œuvre à nouveau en 2011.

Conservation-restauration d’une Cuisine-bar pour l’unité d’habitation de Marseille, Musée des Arts décoratifs, Paris, Carolina Hall, restauratrice, et Maximilien Durand

La restauration de la cuisine provenant de la cité d’habitation de Marseille a soulevé une problématique particulière, celle de traiter un objet unique, par son intégrité matérielle, avec la  quasi totalité de ses éléments d’origine, et qui avait quitté la cellule de la cité d’habitation après plus de cinquante ans de service avec les traces de son vécu, pour intégrer les collections du musée des Arts décoratifs à Paris. Cette cuisine est un témoignage de la modernité de l’époque et de l’esprit innovateur de ses créateurs, ainsi que du contexte historique dans lequel elle s’insère, celui des Trente glorieuses. Elle témoigne également, par les transformations opérées par ses usagers, de l’évolution de l’hygiène et du confort domestique, de l’évolution des goûts et de modes à travers les années, ainsi que de l’adaptation de la cuisine à de nouvelles normes de sécurité.

L’acquisition de la cuisine par le musée a été suivie de sa présentation au public dans l’exposition « Mobi-boom, l’explosion du design en France (1945-1975) ». La restauration avait comme finalité aussi bien la stabilisation de toutes les altérations mettant en danger sa pérennité, que celle de pouvoir la présenter au public dans un état proche de celui d’origine, comme une « périod-room ». Mon exposé présentera comment l’intervention sur cet objet a articulé la recherche de méthodes pour restituer son aspect d’origine, tout en conservant les traces de cinquante ans d’usage et de service et en prévoyant les modalités de sa présentation au public.